DE LA COMMUNICATION GLOBALE

Management

1 2 3 8

L’UDA lance le programme FAIRe

En ce début d’année 2018, l’Union des Annonceurs lance un programme pour l’engagement d’une communication Responsable. Cette démarche est destinée à renouveler celle engagée il y a dix ans  sur la clarté et la loyauté des messages.

Plus qu’un long discours, retrouver ici  (PDF) directement le document FAIRe !
Ce programme est axé autour de 15 principes organisés en thèmes généraux suivants.

> Élaboration responsable des messages
> Éco-socio-conception des supports de communication
> Diffusion maîtrisée des communications
> Prise en compte de l’ensemble de ses publics
> Relation responsable avec les partenaires

C’est une nouvelle étape dans la relation Agence-Annonceur (déjà une trentaine d’annonceurs ont signé le programme FAIRe) dont la prochaine étape, pour les agence de communication, pourra se retrouver dans le futur label  « RSE Agence Active ».

 

 

 

Bonne résolution : l’éco-conception de site internet

red apple

L’économie est aujourd’hui globale, les outils de communication du digital sont disponibles « all-over-the-world » et pour autant l’éco-conception est encore loin d’être appliquée partout dans le monde.

 

Petite mise au point : c’est quoi l’éco-conception ?

Il existe de nombreuses définitions qui sont souvent liées à l’approche culturelle du pays de l’auteur…. et de la vision de chacun sur les dimensions internationales et des impacts des activités humaines sur l’environnement écologique, des retours d’expérience partagés ou non.

Nous vous proposons ici celle de l’AFNOR :

« L’éco-conception consiste à intégrer l’environnement dès la conception d’un produit ou service, et lors de toutes les étapes de son cycle de vie »
Pourquoi parler du web et de l’éco-conception ?

La puissance du haut-débit associé aux évolutions techniques des « devices » (fixes, mobiles…) qui permettent de réaliser et de diffuser des informations nous fait oublier qu’une bonne gestion des volumes de données ou des ressources nécessaire à leur exploitation et utilisation fait gagner temps & énergies à tous.

Un exemple concret : éliminer les fonctions non-essentielles des sites. Effectivement, d’après plusieurs études il y a presque une bonne moitié des fonctionnalités proposées par un site internet qui ne sont pas ou extrêmement peu utilisées.

La réduction effectivement de la couverture fonctionnelle réduit son coût direct (développement initial et frais d’exploitation technique) et se répercute par conséquent sur l’empreinte écologique du site web. La raison : on réduit les temps de travail sur la conception (du cahier d’expression du besoin de la fonctionnalité jusqu’au temps de développement du coding), moins de ressources sont employées à cet effet, ce qui libère mécaniquement du temps disponible pour les équipes et moins d’utilisation des infrastructures à mobiliser à l’exécution de la fonctionnalité (puisqu’elle est inutile). On veut par exemple la possibilité de diffuser des vidéos en haute-qualité directement dans le site. On peut, par exemple, ajouter dans les fonctionnalités le fait que ces vidéos seront de sources sur le serveur du site ou bien en provenance d’un ensemble mutualisé de stockage et de diffusion. En gardant uniquement la fonction « provenant d’un ensemble mutualisé de stockage et de diffusion » augmenter la visibilité de ces mêmes vidéos sans avoir à développer un player dédié plus un stockage en doublon des même fichiers sources des vidéos.

L’éco-conception c’est avoir aussi une vision stratégique, apportant de l’intention éthique en plus des aspects organisationnels. L’intégration opérationnelle peut aussi s’élargir sur toutes les dimensions du marketing au cours du développement de produits : la réduction des impacts sur l’environnement des produits, procédés et services, revoir le cycle de vie, imaginer des solutions prenant en compte les transferts d’impact possible, voir l’environnement comme un levier de compétitivité et d’innovation au service de votre évolution, sans sacrifier la qualité ou encore l’esthétique (design produit, design de la communication associée).

 

Aller plus loin dans le sujet !

Voici une liste de 115 conseils d’éco-conception à l’usage de tous ceux qui interviennent dans la création d’un site web. Elle est publiée par OPQUAST, qui peut accompagner (formation/certification…) les acteurs de la conception en matière de digital.

Vous pouvez aussi vous reporter au beau travail effectué par l’AACC sur l’éco-communication.

Communauté d’échange de likes sur Facebook : c’est quoi ?

facebook

Le principe est relativement simple. Vous vous inscrivez, vous ajoutez votre page facebook, puis, avec une visionneuse vous likez les pages inscrites qui vous plaisent.
Plus il y a d’utilisateurs et membres de la communauté, plus vous pourrez gagner des likes sur votre page en échange des vôtres.

Généralement il y a une légère déperdition entre le nombre de likes que vous donnez et le nombre que vous recevez (cela permet de compenser le nombre de personnes inscrites face aux nombre de pages facebook que vous pouvez ajouter).

Dans la communauté il y a un peu de tout

Attention à ne pas cliquer pour liker n’importe qu’elle page (parfois des gens font des pages provisoire pour attirer de l’audience, puis change le vrai sujet de la page lorsque le nombre de like est important).
Vous trouverez probablement un système de filtre pour indiquer vos centres d’intérêts. Ainsi le système vous présentera (dans la visionneuse) des pages en fonction de vos catégories.

Like durable ?
Parmi les like gagné certains resteront, d’autres « délikeront » votre page un peu plus tard. Malgré tout sur la quantité que vous aurez gagné ainsi, vous serez bénéficiaires. Car vous verrez, vous-même à force de donner des likes à d’autrs pages, vous ferez parfois un peu de tri…

 

On a testé pour vous : LIKEBAGUETTE

Le nombre est limité à 15 likes potentiels gagnés par jour et vous vous devrez liker 22 pages dans le cadre de cet échange. Le site existe depuis vraiment longtemps et progresse en qualité d’interface.

Un concurrent : Plus2jaime  … à vous de tester.

 

 

 

Et vous, vous faites du Social Selling ?

En B2B, en quelques années la prospection digitale sur les réseaux sociaux professionnels est passée de « tendance » à « un canal à ne pas négliger ».

Aujourd’hui les acheteurs ont de multiple sources d’informations professionnelles. Il est loin le temps des bus-mailing et des salons avec annuaires papier dédiés… Pour autant cela ne veut pas dire que vos équipes commerciales intègrent au quotidien cette source d’informations et les outils de contacts qui vont avec les réseaux sociaux.
Ceux qui l’ont bien compris font déjà une part de leur business avec l’aide du Social Selling.
Rassurez-vous, aujourd’hui seul un quart des commerciaux exploitent bien les réseaux sociaux… car de nouvelles compétences sont à associer à celles des savoirs du contact commercial.

Vous aimeriez saisir dès maintenant (tant qu’il est encore temps) les bases du Social Selling ?
Vous souhaitez que vos actions marketing soient enfin complétées par une vraie présence dans les réseaux où sont vos prospects et futurs clients ?
Pensez à up-dater les pratiques de vos équipes commerciales…

#socialselling #formation #forcedevente #conseil #lateliercortical #marketing

Dans vos événements… la sécurité c’est essentiel !

Lorsque l’on parle de « sécurité » à l’occasion de la préparation d’un événement, plusieurs notions surgissent. La première est la sécurité des organisateurs avec un réflexe indispensable : souscrire une assurance qui va couvrir les garanties spécifiques de votre projet. Pour autant il ne faut pas s’arrêter à cette variable. Deux autres sont incontournables : le dispositif de sécurité secours (faire en sorte que votre public encours le minimum de risques en étant présent et organiser la prise en charge des personnes pouvant être blessés ou ayant une défaillance médicale) et le dispositif de mise en sécurisation des biens et des personnes (sécurisation des différents espaces, contrôles des accès, faire respecter les consignes de sécurité, gestion des conflits, protection rapprochée de VIP…). C’est ce dernier point qui va occuper notre attention aujourd’hui.

Effectivement, la sécurité et la protection des personnes et des biens a fortement évoluée au fil des années, notamment en raison des évolutions des populations et de la société. Certains diront que c’est du fait de l’urbanisation concentrée ou encore du développement des transports facilitant le déplacement des personnes mal intentionnées… Tous les organisateurs d’événements vous le diront, le besoin de sécurité s’est accru en même temps que les sociologues alerte sur le sentiment et le besoin ressenti par les citoyens, mais aussi par les salariés des organisations et des entreprises. Alors oui, il y a des missions de sécurité qui relèvent des activités du « secteur public » (services de polices, de secours…) mais beaucoup d’autres répondent à des besoins privés qui sont proposés par des entreprises spécialisées en sécurité des biens et des personnes.

Les participants aux événements sont dorénavant habitués a accepter les contrôles effectués par un agent de sécurité , voir toute une équipe. De plus, avec l’insécurité relative aux activités terroristes dont notre planète est victime, le visitorat a envie fortement de voir le relèvement de niveau de compétence des hommes intervenants pour leur sécurité. La présence d’un agent cynophile est dans l’inconscient des visiteurs une action rassurante et pour votre dispositif de sécurité c’est un effet dissuasif renforcé. A tous les niveaux des besoins existent. Parfois on imagine que seul des agents de sécurité (venant du milieu sportif ou militaire…) font parti des équipes. Pourtant, de plus en plus, les sociétés de sécurité sont organisées avec des équipes pluridisciplinaires, qui intègrent des cadres de différents niveaux, voir des ingénieurs spécialisés pour la gestion de risques très spécifiques. Nous vous conseillons de faire appel à ce type de sociétés de sécurité, présentes sur plusieurs secteurs de prestations (sureté, gardiennage, protection, intervention…).

De fait, les prestations de ces sociétés reposent aujourd’hui sur des savoir-faire très bien délimités et leurs personnels suivent des formation et stages aux programmes généralistes ou spécialisés pour qu’ils soient le plus opérationnel dans des contextes variés. La préparation, la préparation et la préparation sont les 3 arguments qui peuvent guider l’organisateur d’événement. La préparation pour l’anticipation des risques, la préparation dans la sélection des partenaires à qui l’on confie la sécurité, et la préparation des équipes sur place pour le meilleur respect des consignesou proposent des stages de formation, de préparation, de perfectionnement… un secteur qui, comme les autres, exige de faire des efforts constants d’actualisation de ses connaissances et d’entraînement. Un secteur dont la dimension internationale n’échappe à personne. ….

Protéger son territoire de marque

muguet

Lorsque l’on développe son entreprise, on imagine parfois que la stratégie de marque est quelque chose de simple, dont la maîtrise est facile et rapide.
On demande à un graphiste de formaliser un logo, à un imprimeur de le reproduire…et pour gagner du temps on dépose soi-même le logo de sa marque à l’INPI en pensant que le travail est terminé. Pourquoi demander à une agence de com de faire cela !

Comme les anglo-saxons le disent le « branding » est une discipline qui apporte de la valeur ajouté à votre société. Elle est valorisable à plusieurs niveaux. Oui, le nom ainsi que le visuel associé au nom (logotype) ont de l’importance. De plus, votre génie créatif peut y ajouter un texte de signature (baseline), une phrase de slogan ou encore d’accroche de campagne… bref au fil du temps de nombreux attributs peuvent venir compléter l’univers dans lequel votre marque évolue. Alors pourquoi laissez à vos concurrents le champ libre pour utiliser, à leur profit, ce que vous avez mis au point ou exploité précédemment ?

Est-ce que vous avez eu récemment  l’occasion de faire le point sur votre territoire de marque ? Avez-vous dialogué avec un professionnel de la communication à ce sujet ? Pourquoi vous priver de faire le point sur un actif de votre société ? Pourquoi négliger un aspect de votre action commerciale où vous avez pourtant investit des moyens en publicité, en espace de diffusion à travers les médias de toute nature, en temps d’affirmation ?

Et si on prenait le temps d’en parler avec une vision à moyen et long terme, au lieu de céder aux sirènes de l’urgence qui font oublier les objectifs premiers au détriment des objectifs à courtes échéances !

 

Bonne résolution 2017 : PROTÉGER SA MARQUE

creation logo

Souvent l’une des premières questions soulevée par un entrepreneur ou un porteur de projet à la création c’est : « comment protéger ma marque ? »
et ensuite, lorsque les priorités budgétaires se font pressantes, on reporte la phase de dépôt INPI (ainsi que les autres outils) préférant se consacrer au branding et aux premières actions de communication.

Pourtant, une fois exploitée votre marque devient vulnérable. Effectivement, pour conquérir votre clientèle vous devez l’exposer au plus grand nombre et de fait, à vos concurrents déjà présent sur le marché et aussi aux prochains arrivants !

Vous avez lancé vos activités sans protéger votre marque ? Vous souhaitez vous développer en 2017 ? Vous souhaitez limiter les risques autour du déploiement de votre marque ?
Alors n’oubliez pas que L’atelier cortical propose ses services en matière de gestion de votre ou de vos marques : recherches d’antériorités, sélection des meilleures classes stratégiques (classement NICE), réalisation des formalités auprès de l’INPI, surveillance et opposition… bref, lorsque l’on parle de « naming » et de « branding » l’approche qui vous est proposée est globale.

 

 

 

 

 

Comment faire pour prospecter via les réseaux sociaux ?

linkedinviadeo

  1. Le minimum requis : être connecté

Vous avez créé des comptes, des profils, vous utilisez les fonctionnalités de bases mise à votre disposition ? Check ! Maintenant ne cherchez plus à vendre systématiquement mais devenez attentif aux opportunités qui vous sont présentée dorénavant par les membres de vos réseaux. Vous n’en voyez pas ? Alors continuer à développer votre réseau avant de vouloir vendre avec.

 

  1. Faire le lien entre le réel et le virtuel : savoir prospecter et nourrir son réseau.

Le processus est  continu : à chaque nouvelle rencontre  vous pouvez saisir l’opportunité de tisser une nouvelle relation virtuelle. Au fil des rencontres, l’effet papillon va s’activer et vous permettre de structurer votre carnet virtuel  d’adresses. C’est seulement à partir de là que vont apparaitre les prospects véritables.

 

  1. Observer, comprendre, agir : l’art d’être à l’écoute

Une vente en B2B ce n’est pas un rdv un bon de commande. C’est une phase de découverte plus ou moins longue. Via le monde virtuel il faut encore plus savoir écouter. Quelques minutes passé » dans une file d’attente, une salle d’attente, surveillez vos réseaux sociaux juste pour connaitre les actualités de vos membres, de vos prospects, de leurs marchés, de leurs secteurs…. Ainsi vous activez votre propre base de connaissances autours de vos cibles commerciales. Alors que les marques et vos contacts communiquent sur les réseaux, profitez d’un signal fort pour le transformer en  opportunité commerciale.

 

  1. Interagir en ligne et donner de la voix : s’engager sur la voie du dialogue

Ça y est, vous pouvez enfin commencer à échanger avec ces contacts virtuels inconnus. Commentez, aimez, partagez…. Voilà de l’engagement qui vous apportera de l’affinité avec vos prospects ciblés. Oui, ils seront sensibles à vos commentaires, à vos partages, à tous ce que vous aurez de virtuellement en commun. Ensuite, le dialogue commercial pourra lui aussi s’engager avec crédibilité.

 

  1. Conclure en ligne : rêve ou réalité ?

Soyez vous-même porteur de messages, offrez  du contenu comme vous proposeriez une pause café…. Quand vous aurez  compris ce qui est important pour eux, les horaires où ils sont connectés aux réseaux et  ce qui semble être un besoin exprimé par eux, à vous d’identifier si le contact face à face est nécessaire ou bien si la vente à distance est possible !

Vous avez dit…. MAIS

book-icon

petite réflexion autour de ces quelques lettres…. MAIS

En management, en pédagogie, ces quatre petites lettres forment un mot redoutable.
C’est une réserve constante chez certaines personnes qui ont besoin de nuancer ou de pondérer un propos, un avis. Il faut donc être pleinement conscient que MAIS diminue et affaiblit tout ce qu’il précède : « vous travaillez bien, MAIS vous êtes souvent en retard ». Pire, le sens apporté peut être très différent si vous articulez la structure de la phrase dans l’autre sens « vous êtes souvent en retard, MAIS vous travaillez bien ». La première fois on exprime un compliment pondéré d’un point de progression possible (à l’avenir ne soyez plus en retard) alors que dans la deuxième structure exprime un reproche pondéré par une pseudo excuse que l’on accorderai (prenez des libertés dans la gestion du temps car vos qualités compensent vos défauts). Les fonctions ne sont plus les mêmes dans l’objectif de ces deux messages qui utilisent pourtant les mêmes mots.

Alors souvenez-vous, être capable de placer la phrase positive avant le MAIS est un atout en communication écrite comme en communication interpersonnelle.

Est-ce que votre site est « correct »pour Google ?

google_logo

google outils

 

Votre entreprise, votre marque, votre association dispose d’un site internet….

Quand vous le cherchez en utilisant Google il apparaît car vous utilisez les bons mots clés. Mais étant donnés que Google intègre un suivi de vos navigations et utilisation du net nous vous recommandons d’accédez à vos recherches en mettant dans la barre de votre navigateur ce petit code qui « nettoie » votre profil utilisateur https://www.google.fr/?pws=0

Maintenant, savez-vous que l’entreprise Google met à votre disposition plusieurs outils afin de tester la performance « technique » de votre site ?

> Vérifier si le site est adapté aux mobinautes et internautes : ResponsiveTest

> Test de la vitesse d’affichage sur mobile : Pagespeed

> Test de la vitesse de chargement sur toutes les plateformes :

Vous pouvez aussi avoir accès à d’autres types d’outils, comme :

> tester le niveau de sécurité d’un site : Safe

> tester la position de son site dans google en fonction du mot clés : InfoRank en remplacement de l’outil initial de google

Bon, attention, vous risquez de vous transformer en geek…
alors, laissez-nous faire l’analyse de votre présence sur internet et on vous traduira cela en langage courant
et on convertira cela en conseil d’optimisation et évolution.

@bientôt

1 2 3 8