DE LA COMMUNICATION GLOBALE

création

Conception, rédaction, image, texte, visuel… bref tout ce qui peut toucher la créativité en communication

Faire appel à une agence de traduction : pourquoi, comment ?

cible

Pour sa communication digitale, une entreprise peut faire le choix de publier dans un nombre de langues supérieures à celles qu’elles maitrisent en interne.

Dans ce cas, il devient nécessaire généralement de faire appel à une agence de traduction…. au lieu de se contenter d’utiliser des machines de traduction. Bien que les outils numériques de traduction soient de plus en plus performants, la logique interculturelle de rédaction n’est pas la même. Vouloir faire passer un message à un groupe cible qui parle une même langue (différente de la vôtre) ne se réduit pas à la simple traduction d’une liste de mots et de phrases exprimés en fonction de la langue et de la culture de son auteur. Il ne s’agit pas de se faire juste comprendre de l’autre, mais bien de savoir faire passer un message porteur de sens et d’une idée, avec les subtilités du langage et des pratiques de la langue du natif. Traduire ne consiste donc pas à transférer le message original avec les mêmes mots. Il est primordial de faire en sorte que le message soit naturel pour le lecteur et qu’il soit aussi intéressant et impactant en fonction de vos objectifs. Voici quelques-uns de nos conseils à ce sujet.

 

> Choisir une équipe de traduction spécialisée

Il est souhaitable de trouver un partenaire de traduction qui dispose d’une grande équipe de traducteurs qualifiés et si possible spécialisés dans divers domaines ou secteurs économiques. Qu’il s’agisse de textes publicitaires, commerciaux ou encore des textes juridiques, il faut que la prestation soit de la meilleure qualité possible pour respecter vos enjeux économiques. Si le traducteur en charge de vos textes est habitué aux vocabulaires de votre métier il peut garantir la convenance du style au contexte. Suivant les volumes, il faudra parfois prévoir une équipe de plusieurs traducteurs qui pourront communiquer entre eux pour harmoniser le style rédactionnel.
Également, sans pratiquer forcément la double-traduction (deux traducteurs font le job puis il y a confrontation des deux versions), il est souhaitable que votre agence de traduction vous propose un service de révision et de relecture de vos textes par un deuxième traducteur. On limite ainsi les erreurs dans le processus de traduction, car une fois révisés par un second traducteur la qualité des textes livrés est plus proche du « sans-erreur » (ne pas oublier que même votre texte original peut comporter des erreurs d’expression, de sens  ou même de respect des « techniques absolues » du langage). Ce qui est souvent négligé de tous : les règles de la ponctuation. Pour exemple, n’oubliez jamais que, en français notamment, l’usage ou non de virgules, peut faire basculer le sens complet de votre phrase.

 

L’anecdote

C’est un homme d’affaires qui part en voyage. Pendant qu’il est parti, sa femme trouve une rivière de diamants somptueuse dans une boutique place Vendôme. Comme il coûte tout de même une somme importante, elle envoie un message à son mari pour lui demander son avis, et aussi son autorisation d’achat. Quand le mari voit le message entre deux rendez-vous d’affaires, et qu’il découvre le prix du bijoux, il devient furieux, et répond très rapidement à sa femme : « Jamais ! Trop cher ! » et il l’envoie. Il part ensuite à sa réunion. Sauf que dans sa hâte, et sous le coup de l’énervement, en rédigeant son message, il a oublié le premier point d’exclamation. Son message devient donc : « Jamais trop cher ! ». La femme s’est donc empressée d’acheter la rivière de diamants.

 

> Délais de livraison

Il faut être raisonnable sur le délai accordé puisque ce sont des hommes et des femmes qui vont procéder à la réécriture dans une autre langue du texte. En plus, vos sources peuvent être variables : un texte écrit, un enregistrement audio ou vidéo… C’est là que l’expérience de l’agence de traduction peut faire la différence. Un fournisseur expérimenté, sera en mesure de gérer plusieurs sources des textes, sur plusieurs types de supports sources. De fait, il devra lui-même évaluer le délai raisonnable pour produire un travail de qualité. La tendance étant de toujours vouloir réduire les délais, il faut comprendre que la qualité en délai très court (en regard du volume de travail) aura forcément un impact. Le traducteur doit s’approprier votre texte, faire une première approche, puis affiner la transcription. Sa traduction finalisée doit être méthodique et non juste mécanique.

De fait, le délai est inhérent au volume de contenu à traiter, à la source du texte, sa nature, son univers… son caractère de provenir ou d’aller vers une langue largement ou faiblement pratiquée.

 

L’agence doit vous libérer des tâches encombrantes de la préparation et du suivi de la gestion de la traduction. Cependant, vous pouvez aussi dialoguer avec l’agence pour disposer d’action d’intervention dans leur processus : fournir des commentaires (texte non pas à traduire mais guidant les objectifs de traitement ou concernant les terminologies préférentielles) accompagnant les textes à traduire, une grille et d’évaluation sur la qualité du résultat attendu (justesse, précisions…). C’est en collaborant avec des entreprises intervenants sur des marchés internationaux, intégrées dans un éco-système de traducteurs natifs de nombreux pays, que nous pouvons vous faire profiter de service de traduction localisation des vidéos mémoires de vos congrès et colloques internationaux.

Depuis 1998, L’atelier cortical propose également des services de conception-création et gestion d’infrastructure du web. Les collaborations se sont donc portées rapidement vers plusieurs partenaires du digital répartis à différents endroits du globe. Au Canada par exemple avec un partenaire de l’infrastructure ayant dans sont environnement proche des sociétés proposant le service de traduction montréal ; l’Australie pour la gestion des DNS ; l’Inde pour le développement et l’infogérance.

 

Bonne résolution : l’éco-conception de site internet

red apple

L’économie est aujourd’hui globale, les outils de communication du digital sont disponibles « all-over-the-world » et pour autant l’éco-conception est encore loin d’être appliquée partout dans le monde.

 

Petite mise au point : c’est quoi l’éco-conception ?

Il existe de nombreuses définitions qui sont souvent liées à l’approche culturelle du pays de l’auteur…. et de la vision de chacun sur les dimensions internationales et des impacts des activités humaines sur l’environnement écologique, des retours d’expérience partagés ou non.

Nous vous proposons ici celle de l’AFNOR :

« L’éco-conception consiste à intégrer l’environnement dès la conception d’un produit ou service, et lors de toutes les étapes de son cycle de vie »
Pourquoi parler du web et de l’éco-conception ?

La puissance du haut-débit associé aux évolutions techniques des « devices » (fixes, mobiles…) qui permettent de réaliser et de diffuser des informations nous fait oublier qu’une bonne gestion des volumes de données ou des ressources nécessaire à leur exploitation et utilisation fait gagner temps & énergies à tous.

Un exemple concret : éliminer les fonctions non-essentielles des sites. Effectivement, d’après plusieurs études il y a presque une bonne moitié des fonctionnalités proposées par un site internet qui ne sont pas ou extrêmement peu utilisées.

La réduction effectivement de la couverture fonctionnelle réduit son coût direct (développement initial et frais d’exploitation technique) et se répercute par conséquent sur l’empreinte écologique du site web. La raison : on réduit les temps de travail sur la conception (du cahier d’expression du besoin de la fonctionnalité jusqu’au temps de développement du coding), moins de ressources sont employées à cet effet, ce qui libère mécaniquement du temps disponible pour les équipes et moins d’utilisation des infrastructures à mobiliser à l’exécution de la fonctionnalité (puisqu’elle est inutile). On veut par exemple la possibilité de diffuser des vidéos en haute-qualité directement dans le site. On peut, par exemple, ajouter dans les fonctionnalités le fait que ces vidéos seront de sources sur le serveur du site ou bien en provenance d’un ensemble mutualisé de stockage et de diffusion. En gardant uniquement la fonction « provenant d’un ensemble mutualisé de stockage et de diffusion » augmenter la visibilité de ces mêmes vidéos sans avoir à développer un player dédié plus un stockage en doublon des même fichiers sources des vidéos.

L’éco-conception c’est avoir aussi une vision stratégique, apportant de l’intention éthique en plus des aspects organisationnels. L’intégration opérationnelle peut aussi s’élargir sur toutes les dimensions du marketing au cours du développement de produits : la réduction des impacts sur l’environnement des produits, procédés et services, revoir le cycle de vie, imaginer des solutions prenant en compte les transferts d’impact possible, voir l’environnement comme un levier de compétitivité et d’innovation au service de votre évolution, sans sacrifier la qualité ou encore l’esthétique (design produit, design de la communication associée).

 

Aller plus loin dans le sujet !

Voici une liste de 115 conseils d’éco-conception à l’usage de tous ceux qui interviennent dans la création d’un site web. Elle est publiée par OPQUAST, qui peut accompagner (formation/certification…) les acteurs de la conception en matière de digital.

Vous pouvez aussi vous reporter au beau travail effectué par l’AACC sur l’éco-communication.

Collossus, Bobby ou Buddy…. et vous votre robot, c’est quoi son nom ?

C’est l’été (enfin presque…niveau ensoleillement) et vous vous dites que ce serait bien d’être en vacances quasi toute l’année car un robot pourrait faire votre Job ?

On vous parle d’intelligence artificielle, de robots dédiés à des tâches spécifiques et ingrates alors que vous, vous aimeriez prendre le temps de dialoguer avec vos collègues-confrères tout en suivant via l’appli les différents robots qui travaillent pour vous ?

Il faut patienter encore un peu, mais depuis R2D2 il est clair que la vraie technologie a évolué (comme celles du cinéma…).

Buddy est un robot qui va chercher de la compagnie (un caractère réservé pour l’instant à plusieurs espèces animales…attention Buddy arrive à la fin de l’année et fonctionne en test dans certaines entreprises) quand le robot Pumagri est capable de faire le désherbage ou de gérer la récolte à la place des agriculteurs et de leurs tracteurs. Collossus lui est l’assistant des pompiers… ce qui peut réduire à la fois les risques en intervention et faire évoluer les techniques de secours face aux incendies.

Bon c’est promis, ici on n’utilise pas (encore) le Pipotron, capable de rédiger des texte en langue de bois au kilomètre pour faire du brand-content à notre place.

bel été à tous !

 

 

C’est quoi « une bonne marque » ?

creation logo

On cite souvent les modèles marketing venant des USA… le branding est souvent associé au « marquage au fer des bêtes vivants en semi-liberté dans les grandes plaines ». La fonction de ce marquage était par conséquent juste d’identifier qui était le propriétaire de l’animal avant d’être vendu !

Aujourd’hui, on se pose souvent la question de la création de marque lorsque l’on veut créer une entreprise, un nouveau produit ou service. Parmi les caractéristiques d’une bonne marque, voici, quelques critères pertinents à utiliser pour vérifier les propositions qui se présentent à vous :
– le pouvoir évocatoire du nom retenu (connotations avec des valeurs recherchées par les cibles : écologie, économie, famille, liberté d’action, respect des traditions ou du savoir-faire…),
– la cohérence du nom avec l’univers des produits ou des services du secteur (ex. : mobilier & décoration avec « Maison de la literie », « Maison du monde », « Château d’Ax »…),
– la durabilité d’usage et le caractère « intemporel » (ne doit pas dater trop vite, être purement dans une tendance de langage…),
– et sa souplesse d’usage (court ou long, franco-français ou franco-européen, prononciation internationale…)

Vous souhaitez en savoir plus…. contactez-nous !

 

Protéger son territoire de marque

muguet

Lorsque l’on développe son entreprise, on imagine parfois que la stratégie de marque est quelque chose de simple, dont la maîtrise est facile et rapide.
On demande à un graphiste de formaliser un logo, à un imprimeur de le reproduire…et pour gagner du temps on dépose soi-même le logo de sa marque à l’INPI en pensant que le travail est terminé. Pourquoi demander à une agence de com de faire cela !

Comme les anglo-saxons le disent le « branding » est une discipline qui apporte de la valeur ajouté à votre société. Elle est valorisable à plusieurs niveaux. Oui, le nom ainsi que le visuel associé au nom (logotype) ont de l’importance. De plus, votre génie créatif peut y ajouter un texte de signature (baseline), une phrase de slogan ou encore d’accroche de campagne… bref au fil du temps de nombreux attributs peuvent venir compléter l’univers dans lequel votre marque évolue. Alors pourquoi laissez à vos concurrents le champ libre pour utiliser, à leur profit, ce que vous avez mis au point ou exploité précédemment ?

Est-ce que vous avez eu récemment  l’occasion de faire le point sur votre territoire de marque ? Avez-vous dialogué avec un professionnel de la communication à ce sujet ? Pourquoi vous priver de faire le point sur un actif de votre société ? Pourquoi négliger un aspect de votre action commerciale où vous avez pourtant investit des moyens en publicité, en espace de diffusion à travers les médias de toute nature, en temps d’affirmation ?

Et si on prenait le temps d’en parler avec une vision à moyen et long terme, au lieu de céder aux sirènes de l’urgence qui font oublier les objectifs premiers au détriment des objectifs à courtes échéances !

 

Bonne résolution 2017 : PROTÉGER SA MARQUE

creation logo

Souvent l’une des premières questions soulevée par un entrepreneur ou un porteur de projet à la création c’est : « comment protéger ma marque ? »
et ensuite, lorsque les priorités budgétaires se font pressantes, on reporte la phase de dépôt INPI (ainsi que les autres outils) préférant se consacrer au branding et aux premières actions de communication.

Pourtant, une fois exploitée votre marque devient vulnérable. Effectivement, pour conquérir votre clientèle vous devez l’exposer au plus grand nombre et de fait, à vos concurrents déjà présent sur le marché et aussi aux prochains arrivants !

Vous avez lancé vos activités sans protéger votre marque ? Vous souhaitez vous développer en 2017 ? Vous souhaitez limiter les risques autour du déploiement de votre marque ?
Alors n’oubliez pas que L’atelier cortical propose ses services en matière de gestion de votre ou de vos marques : recherches d’antériorités, sélection des meilleures classes stratégiques (classement NICE), réalisation des formalités auprès de l’INPI, surveillance et opposition… bref, lorsque l’on parle de « naming » et de « branding » l’approche qui vous est proposée est globale.

 

 

 

 

 

Vous avez dit…. MAIS

book-icon

petite réflexion autour de ces quelques lettres…. MAIS

En management, en pédagogie, ces quatre petites lettres forment un mot redoutable.
C’est une réserve constante chez certaines personnes qui ont besoin de nuancer ou de pondérer un propos, un avis. Il faut donc être pleinement conscient que MAIS diminue et affaiblit tout ce qu’il précède : « vous travaillez bien, MAIS vous êtes souvent en retard ». Pire, le sens apporté peut être très différent si vous articulez la structure de la phrase dans l’autre sens « vous êtes souvent en retard, MAIS vous travaillez bien ». La première fois on exprime un compliment pondéré d’un point de progression possible (à l’avenir ne soyez plus en retard) alors que dans la deuxième structure exprime un reproche pondéré par une pseudo excuse que l’on accorderai (prenez des libertés dans la gestion du temps car vos qualités compensent vos défauts). Les fonctions ne sont plus les mêmes dans l’objectif de ces deux messages qui utilisent pourtant les mêmes mots.

Alors souvenez-vous, être capable de placer la phrase positive avant le MAIS est un atout en communication écrite comme en communication interpersonnelle.

Avoir un nom et un prénom célèbre…

em-strasbourg-bs

Cicéron disait que le nom est présage – ce qui l’on peut vérifier dans les stratégie de branding – toutefois soulignons ici la créativité de la campagne réalisée pour l’EM de Strasbourg.

Les visages sont ceux d’homonymes, afin d’affirmer l’idée que chaque personne doit avoir son propre modèle de réussite et non rechercher à suivre celui d’un(e) autre !

Alors est-ce que l’on « clone » les étudiants sur les mêmes moulages, ou bien peut on croire en la volonté de chacun de construire, pierre à pierre, son propre modèle d’équilibre et de réussite ?

 

 

 

Découvrez les Editions du Palio

 

 

 

Maison indépendante, Les Editions du Palio ont une stratégie clairement définie. Elle à la volonté de prendre part activement aux débats actuels dans la société, avec la volonté constante de partager savoirs et expériences.

Cela explique ainsi les trois axes privilégiés dans les collections et ouvrages publiés. Le troisième axe, plus pragmatique, mais aux contenus rigoureux, concerne l’expérience individuelle et / ou professionnelle. Les ouvrages se veulent ici les fruits d’expériences et de réflexions sur sa propre pratique.
Plus que des recettes, les Editions du Palio recherchent une approche critique et constructive, parfois rédigé suivant un ton ou un style original permettant à tout un chacun de découvrir l’expérience de l’auteur et, ainsi, de facilité le transfert que le lecteur peut en faire pour son propre usage.